lundi 30 mai 2011

Oprah's show is over: TV still rocks

.
After 17 years (February 21, 1994), the final episode of the famous syndicated talk show delivered its best audience. The last episode of a series is always an event. The best rating was in Atlanta, followed by Philadelphia and Chicago where Oprah started. Her core audience: household managers, family decision makers, mothers. Each thirty-second spot sold for 1 million dollars ; among the buyers were many movie companies. Major advertisers have always loved Oprah's talk show audience.
Such a price says a lot about TV as a commercial medium. TV rocks.
With the exception of football, no show does as well as Oprah during daytime. "American Idol" (Fox) delivers a  big audience, but it is prime time and the reality show does not have as good a reputation as "Oprah". By far.
See her on cable, on her OWN network.
.

AccentHealth : digital signage pour une audience captive

.
AccentHealth distribue des contenus d'information santé produits par CNN, en toute indépendance des annonceurs (pas de placement de produit). Le réseau d'écrans (32 pouces), lancé en 1995, compte plus de 12 300 salles d'attente de médecin aux Etats-Unis.
Les contenus vidéo avec écrans publicitaires intégrés sont distribués en fonction de la spécialité du cabinet : arthrite, asthme, allergologie, endocrinologie, diabète, cardiologie, etc. L'offre comprend désormais 17 spécialités. A la vidéo s'ajoutent l'affichage (Health Panel) et la distribution de tracts, de coupons, de brochures.

Quelle est l'audience ? 158 millions de personnes, affirme AccentHealth, soit 13 millions par mois. L'estimation est effectuée par Nielsen selon des méthodes habituelles : déclarations lors d'intercepts. L'impact est évalué selon une méthodologique semblable par GfK (Roper Public Affairs and Media). Les attitudes sont analysées à partir de carnets d'activité (take-home diaries) remplis au domicile (GfK NOP). Le retour sur investissement s'appuie sur les prescriptions effectuées (ims).
La durée moyenne de présence des patients dans les salles d'attente est d'environ une demi-heure (27 mn) et la boucle dure une heure (les écrans publicitaires sont placés à chaque demi-heure). Les messages sont de durée classiques en télévision :15, 30 et 60 secondes. Les délais de réservation sont de 8 semaines. La boucle est renouvelée chaque mois.

Marketing d'audiences captives, ciblage indiscutable. Le réseau de digital signage présente beaucoup d'atouts. Le résau bénéficie aussi de la qualité professionnelle de la boucle : AcentHealth est une chaîne TV d'information sur la santé ciblant ceux et celles que la santé préocuppe, quand elle les préoccupe.
Un tel marketing peut-il être amélioré, modernisé ?
  • La mesure des audiences pourrait l'être, prenant en compte la fréqence des visites et produisant une sorte de GRP, mesure s'éloignant du déclaratif, détectant la multiplicité des rythmes de visites. 
  • Une certaine interactivité pourrait être imaginée associant les écrans à une application téléchargée où se poursuivraient en ligne la communication et l'interaction avec les praticiens.

dimanche 29 mai 2011

Blockbuster reaction. First step

.
Blockbuster, sold to Dish Network ($320 million), "restructures" and closes stores. How many? It depends on the negociations with studios for DVDs.
On the marketing side, Blockbuster starts a new DVD rental pricing policy:
For new movies, $2.99 / day ; for older movies $1.99 instead of the previous $4.99 for a three day rental. Blockbuster has always been known by its customers for offering newer movies than its competition.
  • The pricing is still far from redbox $0.99 / day. And from Netflix. But neither can rent new releases. They must wait 28 days for Universal, Time Warner and Fox movies. Blockbuster is 28 days ahead of them both thanks to its higher price. This is its main trump card.
  • The final equation for video rentals has three main variables: price, novelty, convenience. Blockbuster maximizes profit under these three constraints.
Next step? The digital offering. It is still to come, and might increase Blockbuster's power and image. Providing more convenience to people more at ease with digital culture. The video battle goes on.

    lundi 23 mai 2011

    The End of Disconnected TV

    .
    Updated June 26, 2011
    TV is still disconnected from the Web. Not for very long. This is probably the end of its insularity. 16 years after the beginning of the Web, TV joins the new digital world. The idea is not new: Thomson Multimedia tested it in 1999 (Tak), but it was too early, too complicated and it failed. Today, Google TV is only one year old and has still a long way to go to become the OS of TV devices (following the android model). In Europe a consortium is developing a standard (Hybrid Broadcast Broadband TV).
    The following post only describes what connected TV brings. What reamains to be seen is how and wether people will use it: once TV sets are connected, will TV viewers use the connection capacities? We do not know, we cannot know, until households are equipped with new TV sets. Research done at the time of Tak (cf. Sandrine Medioni) showed that people were reluctant to interact, that they were happy to remain inactive viewers. Content to be disconnected and lazy! So, let's be prudent.

    What is at stake with this convergence?
    • There is a battle to control the living room: the only place where all the family meets in front of a screen ("audience conjointe", as TF1 says). To win this battle, the product has to be cheap and simple. TV viewers are not going to fiddle with software before watching a movie. Apple TV does not require an external  keyboard. For iTunes users, it is now a nobrainer (how about an Apple-branded TV?). See another example: GlideTV.
    • It is time to rejuvenate the TV experience. Networks wonder if teenagers and young adults still like TV since they declare they would not miss it if TV were taken away from them. But do we know anything about their intimate experience when watching TV? We only know, vaguely, how much time is spent watching.
    • When it comes to advertising, TV is by far the biggest and priciest media: what effect will the Web have (price, marketshare)?
    • TV manufacturers (Sony, Samsung, Panasonic, etc.) need connected TV in order to renew the demand for TV sets. 5 million connected TV sets sold in 2011, according to Consumer Electronic Association. Connected TV will become cheaper, but there will always be a gap between equipment and uses. 
    • Tablets are already connecting TV and the Web (cf. L'iPad dérange la TV américaine), threatening TV sets.
    What does "connected TV", or "hybrid TV" mean for TV viewers and for advertisers? What can they expect?
    TV viewing has always been connected to other media, especially the press (TV guide) and the phone. According to Nielsen, in 2011, more than two-thirds of tablet or smartphone owners use their mobile device while watching TV. TV represents 20 to 30% of the time spent with these devices. Facebook and Twitter are used to sharing TV ideas.
    But these connections are all but seamless. TV viewers have to juggle with remotes, screens, a keyboard...  Magazines are not convenient anymore for a TV market where there are many hundreds of channels and so many time shifting possibilities (VOD, catch-up TV). 

    What's new with connected TV?
    • For TV viewers: TV was dumb, it now becomes smart
      • Seamless connection with the web; TV becomes part of the Web. Everything which works with the Web will work with TV. You want to know what's on (content discovery)? Type a word or two in your search engine and find out. And of course, there are many apps for that. 
      • An app in your smartphone works as a personal remote control.
      • Search works with video (speech-to-text): Google, blinkx, Soku, Baidu, etc.
      • Multitasking is so simple, so seamless you do not even know you are multitasking
      • Old-fashioned linear TV networks are just one click away from YouTube, Youku, Facebook, on-line press, etc. And vice versa. Cf. YouTube Leanback
      • Browse, click, search, fling, subscribe, share... Same gestures (habitus) :for all digital screens. 
      • One single User Interface (UI), one single homepage personalized with apps, synchronization across all screens (homogeneity of contents). Satellite and cable operators will not control the UI anymore (they will try, however: cf. Rovi Corporation and TotalGuide xD.
      • Web sites will be optimized for TV (Google has already started)
      • No need for a set-top box anymore
      • Connected home: more and more devices in the house will be IP based and inter-connected
    • For advertisers
      • Google TV, blinkx help users to find what they want: there will be search engine TV marketing 
      • Cookies for TV programs and uses
      • New measurement: site-centric and people-centric? GRP's for all?
      • All the advertising and targeting tools will adapt to TV: marketplaces, adnetworks, adexchanges, Real Time Bidding, creative optimization, capping, behavioral marketing, self-serve, yield optimization, you name it... and finally data marketing
      • Cross channel optimization (mobile, video, TV, etc.)
      • One single media world: one single transaction to buy both media. More inventory for sale
      • Localization of the viewers /shoppers: retail advertising, local advertising all the time
      • How to synchronize commercials on two screens, online ads and TV spots (TV, tablet smartphone or PC), in order to monetize socialized TV? Cf. Second Screen Networks.
      • Usual risks: clutter, privacy, brand safety?
    • For content providers
    Questions
    • Which regulation applies to what?
    • Connected TV requires a very high speed connection.
    • Will people pay for new TV set, and if, when? How many years before a kind of connected TV succeeds?
    • Will TV become even more social? Examples:
      • shelby.tv: recommendations based on user's social graph using Facebook and Twitter
      • IntoNow bought by Yahoo! (April 2011) for sharing on Twitter and Facebook
      • Twelevision in Australia (TV + Twitter) for sharing and chating (auto-hashtags)
      • Redux: for sharing personalized and "friendsourced entertainment"
      • Comcast, the major American cable-operator, tests social TV with apps, Facebook (Friends Trends), etc.
      • Alertes via Faebook, Twitter, courrier : Yidio est une guide de programmes socialisé, socialisant

    dimanche 22 mai 2011

    Chercher les vidéos, trouver la pub

    .
    Soku (搜库) est un moteur de recherche lancé par le site de vidéo Youku (优酷), site de vidéo dont l'entrée en bourse a été remarquée (NYSE, décembre 2010). Le moteur propose d'emblée d'orienter la recherche en distinguant trois catégories de programmes : les émissions de télévision, les films et les contenus plébicités (best sellers). Soku donne accès à toutes les vidéos du marché, y compris celles des concurrents, se positionnant comme un moteur global pour l'ensemble du marché sinophone. Soku prétend traiter tous les "actes" liés à la vidéo : rechercher, créer, regarder, partager, etc. On peut rechercher un titre, un réalisateur, etc. Soku recommande des programmes, recourant à un algorithme d'analyse des consommations passées, personnalise aussi selon le même principe.
    Le premier tri s'effectue par catégorie. Est-ce nécessaire, est-ce pertinent ? La distinction vaut pour le marché des droits, pour les professionnels mais vaut-elle pour les spectateurs et les utilisateurs du moteur de recherche ? Catégorisation encore ethnocentriste. De plus, un même thème peut se trouver dans l'une et l'autre catégorie.
    Page d'accueil de Soku

    Soku rentre sur un marché chinois du moteur de recherche dominé par Baidu qui a lancé, en mars 2010, son propre moteur de recherche vidéo (Qiyi 奇艺). En fait, ce site s'apparente davantage au site américain de vidéo Hulu (pas de contenus amateurs) qu'à un simple moteur de recherche. Tendance qui semble en voie de généralisation, l'UGC (User Generated Content) a de moins en moins la cote. Est-ce une évolution générale d'Internet : Panda semble aller dans ce sens, le marché publicitaire aussi qui se gargarise de contenus dits "premium". "Amnésie de la genèse" !

    La bataille est rude sur le marché de la vidéo en Chine. Des rumeurs d'acquisitions de Tudou (par Youku) et de nouveaux acteurs font monter les prix des droits vidéo : Xunlei (qui a acquis kankan.com), PPS.tv, Tencent, Qiyi, Sohu, 56.com, CNTV / CCTV, pour ne citer que les acteurs majeurs. Dans cette bataille, les outils de recherche peuvent jouer un rôle déterminant surtout s'ils transcendent tous les sites d'offres vidéo, selon le modèle global de Google ou de Baidu, car ils prescrivent de facto les consommations et la publicité qui les accompagne. Soku est l'arme de Youku dans cette bataille.

    Aux Etats-Unis, blinkx, lancé en 2005, est installé sur les Boxee Box donnant aux téléspectateurs américains accès à 35 millions d'heures de vidéo (selon blinkx). En avril 2011, ce moteur de recherche a acheté un réseau publicitaire "vertical" (Burst Media), renforçant un modèle économique de plus en plus publicitaire alors que le marché de la vidéo publicitaire se développe. Modèle voisin de celui de Google : indexation des vidéos + personnalisation de l'offre + médiaplanning (ciblage personnalisé). Mêmes outils, mêmes méthodes.

    Au-delà de l'aspect factuel de l'évolution du marché chinois de la vidéo, nous avons voulu attirer l'attention sur la convergence de discours en apparence disparates sur : les contenus "premium", l'association des moteurs de recherche vidéo avec le médiaplanning, les techniques d'évaluation des contenus trouvables sur la Web (Panda). Le marché chinois joue ici, entre autres, un rôle de dé-familiarisation, permettant un regard "dés-inter-essé". Comment peut-on être chinois ?
    .

    mardi 17 mai 2011

    Série policière en direct ?

    .
    La vie imite l'art : comment l'actualité ne serait-elle pas perçue comme une série TV ?
    L’actualité politico-people donne à suivre une série policière américaine en direct. C'est comme "CSI: New York". Crime Scene Investigation. Proximité de cet univers lointain, grâce à la télé. On est chez soi. Un présumé coupable peut-être innocent que l'on engouffre à l'arrière d'une voiture. Une "grandeur d'établissement", muette, dépouillée de ses attributs de pouvoir. Des éléments de l'enquête plus ou moins connus, d'autres distillés, des hypothèses, des rumeurs, parmi toutes les fausses, imaginer une vraie piste, de quoi alimenter les prochains épisodes. Suspense. Et tout ce qui est hors-champ, présence absente : la "scène" dite du "crime", la prison évoquée sur le mode de "Prison Break". Sur fond d'images cliché de New York, des présentateurs journalistes, énoncent la procédure, cadrés devant des bâtiments choisis. Effets de contexte, sémiologie de prudence.
    Screen shot from the beginning credits

    "Le juge est une femme". On ne la lui fait pas. Ah ! Bon ! Dans ses précédents rôles, elle en a vu comparaître !  Rappeurs célèbres, actrices... People. Grâce aux séries importées, le théâtre du système judiciaire américain est plus familier aux téléspectateurs que le français, qui a inspiré peu de séries ("Avocats et associés", et "Le juge est une femme", quand même). Le téléspectateur voit s'affairer au 20H tout un monde d'acteurs habitués du prime time, qu'il reconnaît aux uniformes, aux véhicules, aux badges : "Experts" de la "police scientifique". Des grappes de journalistes pour signaler : attention, "événement" ! Et, comme dans "24 heures", il faut laisser à l'action le temps de se dérouler, hors écran. Nous habitons la réalité en téléspectateurs, regards, jugements formés par la sémiologie et le rythme des séries. Notre réalité est télévisée.

    Sur Twitter, en revanche, comme en contre-chant, déferlent des mots, mots vachards, mots égrillards, bons mots, le tout émaillé d'adresses raccourcies ; parfois, un peu de rationalité, de générosité, de prudence. Le standard impose son style haché : quelques mots #quelquechose et une timeline qui défile comme un flux instantané de marché (FIM), et des pseudos.

    Un jour, on en fera une série, un film. Aujourd'hui, ce n'est pas encore de la télé, c'est la réalité...
    .

    vendredi 13 mai 2011

    La qualité d'un site selon Google : la loi du Panda

    .
    Panda est l'algorithme de Google conçu et sans cesse ajusté, depuis février 2011, pour que les recherches des internautes débouchent de manière primordiale sur des sites de qualité (high-quality websites). Google a publié 23 critères selon lesquels Panda juge et classe les sites, critères qui constituent une sorte d'échelle de qualité.
    Réduisons ce questionnaire à 8 catégories essentielles.
    1. Promouvoir les contenus originaux, pénaliser les contenus redondants et la production de masse
    2. Privilégier l'expertise et les autorités reconnues
    3. Favoriser les sites en qui l'on peut avoir confiance (paiement, santé) et que l'on peut recommander
    4. Privilégier la qualité formelle, le soin dans l'écriture (langue, orthographe, syntaxe)
    5. Qualité factuelle des contenus présentés (vérification)
    6. Favoriser l'honnêteté intellectuelle, l'objectivité, l'exhaustivité dans le traitement
    7. Défavoriser les sites que l'encombrement publicitaire rend illisibles
    8. Favoriser les sites dont le contenu serait digne d'être publié dans un livre, une encyclopédie ou un magazine
    Ces critères sont aussi ceux que mobilisent, ou devraient mobiliser, un titre de presse ou un ouvrage collectif. Rien à objecter en principe à de tels critères. Conservateur et conformiste, Google suit les règles de qualité des médias traditionnels (points 2 et 8). Quelle influence sur la créativité formelle ? N'est-ce pas comme si l'on soumettait des textes d'écriture automatique (cf. Champs magnétiques) ou des "cadavres exquis" aux règles de L'Art poétique de Boileau ?
    • Comment déceler l'original de la copie, si Google a "crawlé" la copie avant l'original ? 
    • Comment prendre les marques à leur juste mesure ? Leur contenu n'est pas toujours à la hauteur de leur autorité et Google semble l'ignorer. Soumission pour le moins douteuse du Web aux "grandes marques".
    • Comment est traitée la communication non verbale (photo, vidéo, dessin, par exemple) ?
    • Jusqu'où doit s'exercer la police des mots ? Comment ne pas penser à l'audiovisuel américain et à sa ridicule liste de sept mots à ne pas prononcer à l'antenne ("Seven dirty words" ou "filthy words").
    • Il me semble qu'il manque une prise en compte des références aux sources originales et à leur vérifiabilité (liens, citation). Quid du plagiat (content theft) ?
    Il faut que cette liste un peu floue suscite une réflexion approfondie sur le rôle des moteurs de recherche dans l'accessibilité aux documents publiés sur le Web. Déjà, Google propose une appli permettant d'évincer définitivement un site des réponses obtenues (Personal Blocklist). Tout semble se passer comme si Google développait, à sa manière, une censure au profit d'une sécurisation contextuelle des investissements publicitaires - dite "Brandsafety" ou "Adverification", allant ainsi sur les brisées des DoubleVerify, AdLoox, Adwatch, Suresafe, Pubscan (Contextual Media Group) ou AdXpose (Mpire Corporation).
    Sous des apparences techniques, anodines, Panda définit des normes éditoriales pour le Web. Google se trouve ainsi auto-investi, sans penser à mal (bien sûr !), d'un rôle de distributeur et d'organisateur des linéaires numériques : sur Internet, c'est Google qui gère le facing, les mises en avant et les stop rayons. 

    dimanche 8 mai 2011

    Google News et la personnalisation des limites

    .
    Google personnalise les informations proposées par Google News en fonction de celles que l'on a lues auparavant. L'historique des lectures anciennes (web history) pilote et restreint l'offre de nouvelles. Sous couvert de commodité, l'ergonomie devient facteur de conformisme. On touche à la limite des personnalisations.

    Bien sûr, l'internaute peut choisir volontairement de ne pas choisir involontairement ("unpersonalized version of Google News"). Hélas, comme souvent avec le Web, le pire est installé par défaut, tandis que le mieux suppose un effort. Par défaut, l'offre se personnalise automatiquement ; pour résister à l'enfermement numérique dans sa propre histoire, il faut au lecteur impersonnaliser Google News. Mais l'internaute, qui n'aime rien tant que se croire pressé, suit le mot d'Ovide : il voit ce qu'il faudrait faire, il l'approuve, et il se laisse aller au pire.

    "Choisir le livre d'à côté", intimait l'un de nos profs (Alfred Grosser) qui se plaignait des bibliothèques où l'on ne cherche plus son livre soi-même, sur les rayons, et où l'on ne trouve que ce que l'on a cherché. Nostalgie des livres de rencontre. Lire des textes que l'on n'attend pas confronte le lecteur à l'altérité et lui donne une chance de ne pas succomber à "la tyrannie du dernier cri" (Emmanuel Levinas). Découverte souvent pénible du monde, parfois provocante, toujours inconfortable. Obligation d'ouverture à l'Autre, aux autres informations, aux autres manières de penser et voir le monde. On croit, pour aller vite, épouser sans danger une technologie de son temps et l'on s'embarque, sans le savoir, dans une voie qui peut rétrécir et limiter la réflexion. 

    Une nouvelle standardisation des esprits, coincés par de telles personnalisations, se met en place, douce et insensible propagande, propice à quelles acceptations ? Préférons à cette fausse impatience, l'invitation à un voyage numérique "où les heures plus lentes contiennent plus de pensées" (Baudelaire).
    .

    La presse, ça marche si...

    .
    Les revenus du Wall Street Journal sont en hausse, quand toute la presse quotidienne américaine est à la baisse. Les revenus de la diffusion papier et la diffusion numérique (circulation revenue) ont augmenté, les revenus publicitaires (ad revenue) afférents également. Cf. Communiqé du PD-G de Dow Jones.
    Quelles hypothèses explicatives peut-on proposer ?
    1. C'est un quotidien spécialisé (économie, finances), les autres sont généralistes. Son lectorat est composé de décideurs, de professionnels et dispose d'un pouvoir d'achat élevé.
    2. Son contenu rédactionnel est moins courant, moins disponible ailleurs sur le Web gratuit ; il est plus approfondi, plus crédible (enfin, c'est ce que l'on peut croire).
    3. Souvent, c'est l'entreprise qui paie l'abonnement professionnel au WSJ (perk) ou bien il est inclus dans les déductions fiscales.
    4. L'éditon numérique est payante, depuis toujours. Le groupe News Corp., lors du rachat du titre, avait envisagé le passage de WSJ.com au tout gratuit : il s'en est bien gardé.
    En résumé : le WSJ est peu interchangeable avec d'autres supports d'information quotidienne, il est plus crédible (image), et rien n'y est gratuit. Le lecteur paie.  

    jeudi 5 mai 2011

    Where have all the TVs gone?

    .
    Nielsen says there are less TV households than last year: the number of TVHH has dropped from 115.9 to 114.7 million (Preliminary Household Universe Estimate).
    • How do we know? Estimations based on the 2010 US census and on data gathered by Nielsen while recruiting people meter households: so what is the margin of error?
    • TV sets that do not receive digital signal are not counted. Some households did not update for the digital switch (June 2009). 
    • About cord-cutting? According to a Convergence Consulting study, pay TV lost 1 million subscribers in 2010. Do some people decide to use a computer or an iPad to watch TV? They might have a big screen but no TV set. They watch movies: if they are using Hulu, Netflix, iTunes, Amazon Video, RedBox or Vudu, what would they need TV for? News? Everything is available online. Cord-cutting sounds like a viable option. People unsubscribe from cable or satellite and save, especially "the young and the restless". Netflix boasts as many subscribers as the biggest cable-operator (MSO).
    • Price could be an issue: average pay TV subscribers spend $75 / month. One can give up TV, not the Web. 
    Could it happen in Europe? 
    Same causes produce the same effects. VOD is growing. And since there is, in Europe, an annual tax on the TV set (150 to 200 $, depending on the country) for public TV, this might be one more reason to give up TV.
    .

    lundi 2 mai 2011

    Camping, caravanning : les médias d'une culture

    .
    A qui suit attentivement la presse, la publication régulière de nombreux titres traitant du camping et du caravanning constitue le signe d'une activité sociale et économique importante. Comme souvent, la presse témoigne de pratiques sociales, culturelles que le brouhaha people re-couvre (sport, infos, etc.) et dissimule à l'analyse. Plus qu'un miroir, la presse est un outil pour dé-couvrir la vérité des pratiques sociales et suivre leur évolution. La presse du camping et du caravanning est une presse thématique ciblante, à la fois pour les annonceurs captifs (véhicules, équipements, accessoires, terrains représentent un gisement naturel d'annonceurs), mais aussi pour des annonceurs "hors captif" qui visent des comportements culturels que les outils habituels de la presse laissent passer. Mailles du médiaplanning culturel trop lâches, comportements et valeurs trop humbles, éloignées des propres pratiques et valeurs du milieu publicitaire, et que la sociologie spontanée ne voit pas. A ce ciblage socio-culturel, s'ajoute le ciblage géographique, par commune, que permet l'enquête annuelle sur l'hébergement touristique (inventaire des terrains de camping, classés 1 à 4 étoiles, et de l'hôtellerie ; données disponibles depuis 2002).

    Linéaire automobile : la presse du camping et du caravanning
    Les études annuelles de l'INSEE (la plus récente publiée en avril 2011) indiquent que le camping est un mode de séjour touristique important et en croissance (cf. "Le tourisme en 2010, INSEE Première N° 1344, avril 2011) par Séverine Francastel et Dominique Panez), confirmant la tendance perçue l'année précédente (INSEE Première, N° 1296, mai 2010). Pendant la saison touristique de mai à septembre, le camping représente, en termes de fréquentations, un tiers des 204 millions de nuitées enregistrées en France (les deux autres tiers sont des nuitées d'hôtel). La tendance de ce tourisme est à l'amélioration du confort (terrains aménagés, avec bungalows et chalets), ce dont témoigne la terminologie de l'INSEE qui homologue le camping-caravanning comme "hôtellerie de plein air" (décret préfectoral).
    • "Camping et caravaning sont d'abord des vacances et un tourisme d'automobilistes, français et européens, que traduisent les titres des magazines, et leur classement dans la catégorie "auto" : 
      • Camping et caravanning. Le caravanier (1965), Camping-Car magazine (1978)
      • Le Monde du plein-air. Caravane magazine (1988), Le Monde du camping-Car (1988)
      • Mobil Home plus Magazine, La France en camping-car (2003), Annonces camping-car (1999)
      • Voyager en camping car (2008), Esprit camping-car (2007)
      • Camping-car Hôtes (2009), Camping car d'hôtes. Le Mag (2006)
      • L'argus camping-car (2006), L'essentiel du camping-car (2010), Evasion camping-car (2006)
    • Deux mensuels B2B, professionnel
    • Des hors série :
      • HS Remorques (Le Monde du plein air)
      • HS Mobile Home (Camping et caravanning)
      • HS Fourgons aménagés (Camping-Car magazine)
      • HS Mobil-homes et chalets (Le Monde du Camping-Car)
      • HS 40 itinéraires en France (Vacances en Camping-Car)
      • HS Guide d'achat locatif 2012 (Décisions)
      • HS Habitat locatif (L'officiel des terrains de camping)
      • HS Spécial Camper (Combi Magazine)
    Presse à rythme long (bi-et trimestriel principalement), avec de nombreux hors-séries spécialisés, presse chère (entre 5 et 8 €) avec guide d'achats, essais et argus (véhicules, accessoires), itinéraires, locations. Presse de services au consommateur, précise, fonctionnelle : les lecteurs sont des pros ou de futurs pros (numéros d'initiation) du camping et du caravanning. Presse travaillant comme une presse professionnelle : ainsi le groupe Motor Press France qui édite des guides, des sites et des magazines (dont Camping-car Magazine et Camping et Caravanning - Le Caravanier, et un B2B, OT. L'Officiel des Terrains de camping), organise depuis 1999 une Fête européenne du camping-car (13-15 mai en 2011, dans le Tarn).

    Le camping et le plein air ont suivi l'urbanisation industrielle et les conquêtes sociales du Front populaire (congés payés) ; le besoin de plein air prit alors une coloration presque militante d'un retour à la nature, de vacances pour tous, explicite dans divers mouvements sociaux : Wandervogel, Jeunese au Plein Air, colonies de vacances, scouts et éclaireurs, etc.). Aujourd'hui, les liens du camping avec ces origines se sont distendus et c'est une culture avec des pratiques dispersées allant du spartiate au luxueux. Le camping reste sans doute une solution de vacances économiques pour des touristes qui ont plus de temps que d'argent. Comme la plupart des pratiques culturelles, il s'organise en un champ structuré qui à son tour, structure les pratiques : techniques du corps, équipement et magasins (Au vieux campeur), presse, des séries télévisées et des films.
    Camping (2006 puis 2010) a connu le succès (plus de 5,4 millions d'entrées en salles pour le premier film). L'intrigue a pour théâtre un camping ("Les Flots bleus"). La série "Camping Paradis" (TF1, lancée en 2006, réunit plus de 9 millions de téléspectateurs pour son premier épisode) témoigne de la place et de l'actualité du camping dans la culture populaire ( "Die Camper", une série du même genre, fut diffusée en Allemagne : 117 épisodes de 23 mn, sur RTL de 1997 à 2006).
    Les mises en scène de cette culture et de ses traits principaux, comme comédie, non sans condescendance, rappelle que, même luxueux et cher, le camping reste une "culture moyenne" (comme les sociologues ont qualifié scientifiquement la photographie d'"art moyen". Mais la sociologie du camping et du caravanning reste à construire sans omettre les réseaux sociaux qui s'y tissent et la tendresse qui les imprègnent.
    .